La boutique étant maintenant fermée. Aucune commande passée sur cette boutique ne sera honorée.

Bienvenue cher oenophile

Votre panier est vide.

Skip to Main Content »

JANVIER 2010 - AOC MERCUREY- Domaine de Suremain
L'histoire du domaine

La famille de Suremain d’origine et de racine bourguignonne, est à MERCUREY (anciennement Bourgneuf Val d’Or) depuis plus de cinq générations. Vigneronne, elle a toujours été attachée à ce terroir, et n’a jamais exploité aucune autre appellation que le Mercurey.
A chaque époque de mutation, aussi bien pour les méthodes de culture de la vigne que pour les méthodes de vinification, d’élevage et de commercialisation des vins, chaque génération a su apporter sa pierre d’angle.
De l’éparpillement de meix (petites exploitations autonomes), en 1870, Charles de Suremain rassembla ses différentes métairies en un même lieu, où s’alignent plus de 200 pièces dans la même cave. Le Domaine de Suremain au Château du Bourgneuf était né.
Son fils Edouard avec une poignée d’amis, mit l’Appellation MERCUREY sur les fonts baptismaux. Elle fût reconnue par un Jugement de Chalon-sur-Saône en 1923 (une des premières appellations bourguignonnes). Hugues de Suremain reprit l’exploitation en 1947 (millésime mythique). Tout en continuant de défendre et de promouvoir l’appellation MERCUREY, il se lança dans la commercialisation de ses vins en bouteilles aussi bien en France qu’à l’étranger.
En 1979, avec son épouse Marie-Hélène, Yves de Suremain s'installe en parallèle sur une petite exploitation avant de reprendre en 1993 l’ensemble du Domaine. Tout en avançant, ils essayent de garder la droiture et la noblesse qu’ont su apporter chaque génération successive au Château du Bourgneuf et au MERCUREY en particulier. Depuis 2005, dans la continuité familiale, ils sont heureux et fiers d’avoir accueilli sur le Domaine leur fils aîné Loïc, qui a en charge plus particulièrement le domaine viticole.

Les caractéristiques du domaine
LE DOMAINE :
Au cœur de la Bourgogne, le Domaine de Suremain est situé dans ce village de Mercurey, qui seul porte le nom d'un Dieu. Dans ce beau paysage caractéristique du Val d'Or, l'appellation Mercurey est la plus renommée de la Côte Chalonnaise, et l'une des plus importantes de Bourgogne. Suivant le coteau de production, l'exposition de la vigne, la géologie, ce n'est pas un Mercurey mais des Mercurey qui y sont produits. Par leur complexité, sur les 600 hectares de l'appellation, 20 % des climats sont classés en 1er cru.
Dans ce contexte, le Domaine de 20 hectares, produisant uniquement des vins d'appellation Mercurey, vous permet de découvrir la diversité et les nuances des principaux terroirs en une palette de cinq premiers crus différents, ainsi que le meilleur Mercurey adapté à votre goût.
Actuellement, le Domaine exploite 20 hectares, exclusivement sur l’appellation MERCUREY. 90% des vignes produisent des vins rouges dont les caractéristiques principales sont des arômes et goûts de petits fruits (groseille, framboise, cerise, cassis …) ; au vieillissement, des goûts plus floraux et de confitures apparaissent, pour aller vers des arômes de sous-bois et champignons. Quelques parcelles ayant des bases plus argileuses, produisent des Mercurey Blancs riches et soutenus. Les 1er Crus ont des surfaces significatives, ce qui permet à la famille de Suremain de maîtriser parfaitement la typicité de leurs terroirs .
RAPPEL : Les cépages bourguignons, pour les appellations villages, en ROUGE sont obligatoirement du PINOT NOIR et en BLANC obligatoirement du CHARDONNAY.

LA VIGNE :
Avant le vin, il y a déjà la vigne, on ne peut pas faire de bon vin sans de beaux raisins. Cette évidence ne peut être négligée lorsque l’on veut obtenir un vin de qualité. Pour cette raison, et afin de garder les caractéristiques et la complexité de chacun de leurs terroirs, les Suremain s'attachent à cultiver leurs vignes avec toujours en tête le respect des us et coutumes et leurs règles érigées par l’Institut des Appellations d’Origines Contrôlées (maîtrise des rendements, respect de l’environnement culturel de l’appellation, respect de l’environnement géologique et cultural du sol et de la vigne, respect du millésime, etc…).
Pour les manières culturales, ils labourent automatiquement les parcelles au moins deux fois par an en s’aidant avec parcimonie de désherbants. Au niveau des traitements et des fumures, Yves de Suremain lutte de manière raisonnable contre les mauvaises herbes en jouant avec le milieu et les données climatiques de chaque année. Selon lui la nature ne doit pas être domptée à 100%. Dans toutes les actions menées sur le Domaine, ils recherchent un équilibre économique, mais surtout qualitatif. Par exemple, la replantation d’une parcelle ne se fait jamais au delà de 10 % de celle-ci ; par contre, lors de la récolte, les « jeunes » vignes et les « vieilles » vignes sont vendangées ensemble afin de garder toute la spécificité de chacun des terroirs, mais aussi les caractéristiques du millésime. Ce sont les priorités du Domaine de Suremain.

LA VINIFICATION :
Les vendanges se font manuellement, en caisses, afin d’amener au cuvage des raisins les plus sains et les moins triturés possible ; ceci évite au maximum une oxydation qui développe prématurément certains arômes primaires pour les vins de garde. Ensuite, ils passent systématiquement la vendange sur une table de tri (quelque soit l’année, il y a toujours quelques raisins verts, abîmés ou dégradés qui sont à éliminer).
La vinification est faite cru par cru, en cuves bois ouvertes de 50 à 80 hectolitres, ceci avec un égrappage en général à 100 % et pigeage matin et soir. Le temps de cuvaison est de 8 jours à 15 jours suivant les crus, les millésimes et le potentiel du raisin. Ils maîtrisent les températures par pompe à chaleur ou à froid, mais uniquement si le besoin s’en fait sentir, pour garder au maximum la typicité naturelle de chaque millésime.


C’est en fûts de chêne que se fait l’élevage pendant une année (10 à 15 % en fûts neufs afin d’apporter les fumets de qualité que dispersent les tanins du bois brut, mais ceci sans excès).
Quant à la mise en bouteilles, elle se fait encore l’année suivante, soit 18 mois à 2 ans après les vendanges.








En Photo